Les huits Immortels

Huits Dieux et Déesses se font la guerre pour savoir qui est le plus fort...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La phrase sans fin (jeu)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
Esteban Syen
°Sorcier° ¦Air¦
°Sorcier° ¦Air¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1303
Age : 35
Votre Dieu/Déesse : Nathan
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 3 Avr 2006 - 14:44

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Kanaël Sanada
°Dieu de la terre°
°Dieu de la terre°
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1457
Age : 41
Votre Dieu/Déesse : Moi ^__^
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 3 Avr 2006 - 15:46

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue

_________________
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Esteban Syen
°Sorcier° ¦Air¦
°Sorcier° ¦Air¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1303
Age : 35
Votre Dieu/Déesse : Nathan
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 3 Avr 2006 - 15:59

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Kanaël Sanada
°Dieu de la terre°
°Dieu de la terre°
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1457
Age : 41
Votre Dieu/Déesse : Moi ^__^
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 3 Avr 2006 - 16:01

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu

_________________
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mar 4 Avr 2006 - 14:15

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais
Revenir en haut Aller en bas
Kenshin Makoto
°Serviteur° ¦Foudre¦
°Serviteur° ¦Foudre¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 37
Votre Dieu/Déesse : Eclaire
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mar 4 Avr 2006 - 14:20

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mer 5 Avr 2006 - 8:50

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule
Revenir en haut Aller en bas
Kenshin Makoto
°Serviteur° ¦Foudre¦
°Serviteur° ¦Foudre¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 106
Age : 37
Votre Dieu/Déesse : Eclaire
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mer 5 Avr 2006 - 9:32

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mer 5 Avr 2006 - 10:31

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Syen
°Sorcier° ¦Air¦
°Sorcier° ¦Air¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1303
Age : 35
Votre Dieu/Déesse : Nathan
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mer 5 Avr 2006 - 10:50

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Dim 9 Avr 2006 - 3:11

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Dim 9 Avr 2006 - 13:24

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Sam 15 Avr 2006 - 2:23

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Ambre
¦Guilde du Faucon noir¦
avatar

Féminin
Nombre de messages : 67
Age : 26
Votre Dieu/Déesse : Irisae !!!
Date d'inscription : 12/04/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Sam 15 Avr 2006 - 8:54

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Sam 15 Avr 2006 - 10:47

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Dim 16 Avr 2006 - 11:39

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Dim 16 Avr 2006 - 13:53

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Dim 16 Avr 2006 - 15:31

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 17 Avr 2006 - 5:38

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Lun 17 Avr 2006 - 13:18

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui
Revenir en haut Aller en bas
Cathleen White
°Meilleur(e) ami(e) du dieu de l'Ombre°
°Meilleur(e) ami(e) du dieu de l'Ombre°
avatar

Nombre de messages : 110
Votre Dieu/Déesse : Maro (dieu de l'Ombre)
Date d'inscription : 02/03/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mar 18 Avr 2006 - 10:19

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui sentait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Kiriyama
°Vagabon° ¦Ombre¦
°Vagabon° ¦Ombre¦
avatar

Nombre de messages : 650
Age : 40
Votre Dieu/Déesse : Anandel
Date d'inscription : 09/01/2006

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Mar 18 Avr 2006 - 12:14

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui sentait atrocement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ciel-terre.forumactif.com
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Ven 21 Avr 2006 - 17:22

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui sentait atrocement le
Revenir en haut Aller en bas
Esteban Syen
°Sorcier° ¦Air¦
°Sorcier° ¦Air¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1303
Age : 35
Votre Dieu/Déesse : Nathan
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Sam 22 Avr 2006 - 9:20

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui sentait atrocement le tofu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Lizabell
Invité



MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   Sam 22 Avr 2006 - 9:44

La première fois que j'ai vue cette chose affreuse, tu m'as frappé pour que je te dise ce que je suis ton ami, et aussi tu ne pensais pas que j'étais attiré par un vieil homme qui puait comme l'enfer les dernières années longues et miteuses comme une ancienne chanson dont les mots sont tristes et sanguinaires, mais tout de suite après j'ai compris que mon cœur était enflammé pour toujours comme un fou furieux s'échappant d'un éthylomètre défectueux qui sentait les pieds puants du vestiaire des footballeurs de la ligue répugnate et de la Californie,donc ce pays est puant, d'ailleurs il sent les corybantes(stun mot ca...), ce pays de géants bien dodus tous vert et poilus comme des diablotins qui bondissent hors de l'eau bouillonante et multicolore, s'amusant dans les grottes illuminées et enchantées de la forêt au troll farceur qui trainait un elfe pour l'avaler avec une pomme et deux patates écrasées sur une cafetière en feu et pleine à rabord d'huile de verre d'eau gluant et mou des zozotements incompréhensibles de petites créatures folles sorties de mon gibus étrangement brisé de ma main morte et de mes pieds puants sortis tout droit de l'emmerdement scolaire profond de mes oméga-3 surtout que les protéines complexes m'empêche d'avoir le vertige fou plein d'incohérences incomensurablement petites, basses et perpendiculaires, parallèlement à toi qui bondit sur un hippopotame dormant nonchalament sur une salopette déchirée verticalement et en ronflant bruyamment tel une anémone fushia hérissée dans la grande tortue qui mangeait du foie passé composé et imparfait qui hennissait furieusement telle la baleine bleu qui en hurlant a mort, salissait ses beaux cheveux châtains et bleux doré comme des poissons rouges tournant dans un pré vert, rond et rempli d'huile de canola et d'oursins violets piquants, dodus et bien grillés au soleil de mon été enneigé au Canada en Octobre le vendredi matin quand mon oncle sonne la messe du mercredi comme un fou en décomposition 10 mètres plus au moin en haut du volcan crachant abondament sa lave sur un pont plein de mitaines bleu ciel verdi par la chaleur folle du pain perdu lors des fêtes saintes de fin d'année chez toi la dernière coupable meurtrière de mon cheveu fou comme un Kyôshiro ébourrifé et très beau mais magnifique et vert moutarde superbe, moche, pas vrai d'abord, si orange que Bontenmaru s'asseoit lourdement, bruyamment, brutalement, provoquant, alors il sorti son balai volant à pois violet pour manger des poiraux frais du soir ce dromadaire qui ruminait de longs brins marinés d'herbe bleue, aussi tu dormais en boule compact sur un cercueil moisie contenant une main molle, mortifiante et morbide qui sentait atrocement le tofu et
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La phrase sans fin (jeu)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La phrase sans fin (jeu)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Phrases phylosophiques sans queue ni tête pour vos signatures
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les huits Immortels :: Hors Jeu :: Le flood-
Sauter vers: