Les huits Immortels

Huits Dieux et Déesses se font la guerre pour savoir qui est le plus fort...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fic sur les 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Luce Apolline
°Déesse de la lumière°
°Déesse de la lumière°
avatar

Féminin
Nombre de messages : 679
Age : 33
Votre Dieu/Déesse : Moi-même
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Fic sur les 8   Sam 19 Mai 2007 - 16:29

Nim ! Tu es visée par ce topic, je sais que t'as une fic sur Kanaël ^___^ (c'est Rachel qui a tué Yael !!!!!)

Donc voila, pour tous les écrits se basant sur les charmants psychopates personnages peuplant ce joyeux forum !

J'inogure avec un truc sur l'enfance d'Esteban pour une communauté à thème sur LiveJournal

MEMORYLESS




Une des principales caractéristiques de l’être humain, c’est d’avoir conscience du futur, et l’anticipation sur celui-ci. Un principe bien utile, auquel on peut si facilement se raccrocher pour justifier l’oubli du passé. Les souvenirs ne servent à rien, ce ne sont que des valises encombrantes, des restes de nos instincts primaires. Esteban pensait s’en être débarrassé depuis longtemps. Jamais il n’avait ressenti la moindre nostalgie d’ailleurs. Qu’aurait-il pu regretter de son ancienne vie ?



« Arrête ça ! Maintenant ! »

Des cris, des coups, des pleurs. Un petit garçon qui se recroqueville dans son lit, en serrant les poings. Caché dans la noirceur de la nuit, il a envie de pleurer. Il a déjà conscience de l’ampleur de son impuissance. Un choc plus fort que les autres lui fait fermer les yeux.




Le peu qu’il a gardé de cette époque, il a voulu oublier d’où il venait. Ce sont ses connaissances, sa magie, ses sortilèges. Il n’a pas besoin de réfléchir pour les utiliser. De toute façon, cela vient de son père, il n’a pas à en avoir honte. Il n’a pas à cacher cette puissance-là. Il en est même fier. Fier d’être le descendant des Syen, digne sorcier au service du Royaume de l’Air.



Encore une fois, la maison est dévastée. Sa mère pleure dans un coin, calmée. Esteban ne veut pas s’approcher d’elle, il en a bien trop peur. Son père le réconforte, oubliant ses propres blessures. Il les soignera plus tard : il doit s’occuper de son fils d’abord. Il priera aussi pour que cela ne se reproduise plus, mais il sait que c’est sans espoir. La vraie nature d’Estelle est trop forte, il ne peut pas la combattre, et elle non plus. Pourtant, il doit continuer à y croire.



Sa mère. Sa génitrice. Il voudrait l’effacer à tout jamais de son histoire, de sa vie, de ses gênes. Surtout de ses gênes. Extirper de son corps le sang qu’elle lui a légué et qu’il abhorre. Il se déteste autant qu’il s’adore. Juste parce qu’il est le fils de ses parents. S’il ne veut pas s’en souvenir, son corps en est l’incompressible témoignage. Celui de deux personnes qui se sont aimées autant qu’elles ont pu, et qui se sont entredéchirées par la suite. L’amour, c’est pour cela qu’il n’y croit plus. Inutile, comme les souvenirs.



« Sors de là ! Va-t-en ! »

Un soir, Ulrich a trouvé la force de hurler ces mots. Estelle est partie, sans se retourner, sans regrets. Emporte-t-elle des souvenirs ? Son fils en doute. Elle ne le mérite même pas. De toute façon, il s’en fiche. Il ne veut plus jamais la revoir. Qu’elle meure ! Elle, et toutes les autres femmes qui lui ressemblent !




Aujourd’hui, il aurait voulu dire la même chose. Hurler à ce démon qui rampait en lui, sournois, de sortir de son corps. De le laisser tranquille, de l’oublier. Il ne voulait pas se souvenir d’où venait cette puissance. Il ne voulait pas du seul cadeau que lui avait jamais fait sa mère. Il ne voulait pas de ce passé, il se contenterait d’un futur. Une page vierge, sans liens et sans attaches, sans héritages et sans souvenirs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kanaël Sanada
°Dieu de la terre°
°Dieu de la terre°
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1457
Age : 41
Votre Dieu/Déesse : Moi ^__^
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Fic sur les 8   Sam 19 Mai 2007 - 17:19

Okay, okay, je la mets ... Bon bah voilà, la véritable histoire de mon Kan' ...




Là où les souvenirs demeurent



Dans le calme de la nuit, on entendait, à plusieurs dizaines de mètres des habitations, la rumeur des conversations d’une auberge, les rires des ivrognes, les pleurs et lamentations des joueurs ruinés pendant la soirée et les rires des amoureux s’amusant de ce qui les entouraient. Les quelques maisons des alentours étaient silencieuses, toute lumières éteintes. Dans l’une d’elle, quelqu’un rêvait.



***



Dans le parc d’une université, un groupe d’amis discutent et rient ensemble. Son sac sur l’épaule, Kanaël s’en approche et les salue joyeusement, comme à son habitude, alors que les autres s’écartent pour lui faire une place parmi eux. Il voit alors une jeune femme qu’il n’avait encore jamais vue. Ses amis lui expliquent qu’elle est nouvelle, elle vient d’arriver en ville et qu’elle était toute seule pour son premier jour de cours, donc ils l’ont invitée à les rejoindre. Elle s’appelle Hikari et elle est dans la même classe qu’eux. C’est une très bonne élève, et immédiatement, le jeune homme remarqua la magnifique couleur dorée de ses yeux.



La scène s’efface, pour faire place à une autre. Les mêmes personnes, peu de temps après, sur la pelouse au bord d’un lac. Deux jeunes femmes, Hikari et une autre aux cheveux bleus, Ilana, discutent en riant avec Yaël, un petit blond toujours souriant. A quelques pas du groupe, deux garçons, l’un grand, aux cheveux noirs et blancs et taciturne, Jad, et l’autre, Rachel, plus petit, borgne et les cheveux argentés, boivent leurs bières en échangeant quelques mots de temps à autres. Kanaël et Carl, un roux, sirotent tranquillement le même genre de boissons en écoutant les divagations extravagantes d’Eymeric, un jeune homme longiligne aux très longs cheveux argentés.



Ils passent tout leur temps ensemble et s’entendent à merveille. Hikari s’est parfaitement intégrée dans le groupe et est parfaitement à l’aise. Quelques minutes après, les deux plus calmes rejoignent les filles et le petit blond, bientôt imités par les trois derniers. Les bouteilles de bières et autres alcools plus forts circulent de mains en mains alors que tous rient et parlent joyeusement. Finalement, vers la fin de l’après-midi, ils se séparent, chacun rentrant chez soi. Jad raccompagne chez elle Ilana tandis que Kanaël fait de même avec Hikari. Ils ne rentrent jamais seuls chez eux, car malgré les bons moments qu’ils passent ensemble, au bord d’un lac sous les rayons du soleil, ils n’oublient jamais qu’il y a la guerre.



Sur le chemin, le jeune homme et la blonde essaient de rire pour détendre l’atmosphère, mais c’est toujours la même chose. Quand ils se quittent, tous, il y a toujours de l’appréhension, de l’inquiétude. Alors même s’ils prennent des précautions, l’ambiance est lourde. Arrivés devant la maison de la jeune femme, ils se disent au revoir et échangent quelques mots avant de se séparer. Et c’est le moment, un dernier signe et la jeune femme referme sa porte tandis qu’il passe le portillon et s’avance sur la route. Elle n’est pas vraiment inquiète pour lui. Leurs maisons ne sont séparées que par un peu plus d’une centaine de mètres, et elle connaît ses pouvoirs. Elle sait qu’il ne craint pas grand-chose.

Et lui, sur la route, il pense. Et il se dit que malgré le monde dans lequel ils vivent, ses yeux à la couleur de l’or sont toujours là pour les soulager et les rassurer.



Encore une fois cela disparaît. On les retrouve une nouvelle fois, toujours au bord du lac. Sauf qu’il y a de la neige cette fois et qu’ils sont emmitouflés dans des couvertures, en buvant du café que Carl a fait chauffer avec ses pouvoirs. Sauf que cette fois-ci, il manque Yaël. Il a été tué quelques semaines auparavant, sur la courte distance qui sépare sa maison de celle de Rachel avec qui il rentrait. Le temps que l’argenté n’arrive, le petit blond avait été grièvement blessé et il était mort plusieurs heures après. Alors au bord du lac, avec des tasses de café chaud entre les mains, les autres essaient de rester les mêmes, de rire et de parler de tout et de rien, comme avant. Le ciel est gris mais Hikari les enveloppe d’une douce lumière artificielle. Kanaël la tient dans ses bras, pour la réchauffer, Jad et Rachel sont encore plus proches quel d’habitude.



Parler aussi légèrement n’est pas toujours facile, mais ils le font. Ils le font parce qu’ils savent qu’au fond, Yaël n’aurait pas voulu qu’ils se laissent abattre comme ça, juste pour lui. Souvent, cela vient comme ça, naturellement, mais parfois ils sont obligés de se taire, de rester quelques instants en silence car ils ne peuvent plus parler d’autre chose que de ce qui les préoccupe, il ne peuvent plus dissimuler la douleur qu’ils portent en eux depuis qu’il n’est plus là. Chacun d’eux aurait préféré être à sa place plutôt que de perdre son sourire toujours si franc. Ils préfèrent oublier, oublier le monde qui les entoure, quand ils sont tous ensemble. Et quand le silence se prolonge de trop, il y a toujours Carl ou Eymeric pour le rompre et rendre la bonne humeur aux autres. Ces deux-là trouvent toujours les mots pour faire rire et alléger l’atmosphère.



Puis vient le soir et encore une fois ils rentrent par groupes de deux, ou de trois, car depuis que Yaël est mort, Rachel rentre avec Ilana, et Jad chez qui il habite désormais. Kanaël et Hikari vivent ensemble aussi. En rentrant chez eux, le jeune homme se rend compte qu’avec ses yeux qui brillent comme des soleils, elle est toujours là pour le réchauffer.



Une fois encore, l’image se trouble, pour laisser place à une autre. Cette fois-ci, Kanaël et Hikari sont chez eux. A l’extérieur, le temps est magnifique, inondant de lumière la baie vitrée de leur salon. Assise sur le canapé, la jeune femme lit en passant une main distraite dans les cheveux son petit ami qui somnole, la tête sur ses genoux. Pour une fois, ils ne sont pas avec leurs amis. Carl et Ilana les ont prévenus qu’ils avaient des choses à faire chacun de leur côté. Eymeric est chez sa fiancée et donc indisponible. Kanaël et Hikari ont décidé de passer un après-midi calme tous les deux puisque tout le monde n’était pas disponible, et décidant plus ou moins arbitrairement qu’ainsi, Jad et Rachel pourraient aussi en profiter de leur côté pour rester seuls ensemble.

Même en se réveillant complètement, Kanaël ne bouge pas des genoux de la blonde. Il reste longtemps comme ça, à regarder la lumière faire briller les yeux de la jeune femme.



La scène s’évanouit, remplacée par une autre. La bande est à nouveau réunie, mais il y a une place vide de plus. Eymeric a lui aussi été tué, comme ça, bêtement, presque par hasard. Il était juste au mauvais endroit au mauvais moment. Juste un coup perdu, qui l’a frappé de plein fouet et tué sur le coup. Ses excentricités manquent pour remonter le moral des troupes, ils avaient besoin de son éloquence et de son imagination, de sa présence parfois encombrante mais qui laisse un vide d’autant plus grand dans leurs cœurs. Mais ils se débrouillent maintenant. Ils ont appris à sourire, même lorsqu’ils sont tristes [1]. Des sourires qui sont parfois des mensonges, mensonges aux autres mais surtout à eux-mêmes. Des sourires qui font mal mais qu’ils se forcent à porter et à faire vivre. Parce que les autres en ont besoin. Tous veulent être fort pour les autres. Ceux qui restent se rapprochent encore plus. Ils passent maintenant autant de temps que possible ensemble, malgré les obligations de chacun, et essaient de s’amuser tant qu’ils le peuvent encore. C’est pour ça que Kanaël, Ilana et Carl se moquent gentiment du ventre d’Hikari qui s’arrondit, elle est enceinte. Les deux autres les regardent faire, souriants. La jeune femme fait semblant d’être outrée, avant de se mettre à rire avec eux. Et Kanaël espère que ses yeux d’or auront toujours le même éclat amusé.



Quelques semaines après, à la tombée de la nuit, le jeune homme est en route pour son rendez-vous avec Hikari. Elle est allée faire quelques courses sans lui, il devine que c’est pour lui acheter un cadeau. Car ce jour-là c’est l’anniversaire de leur rencontre. Ils doivent ensuite se rendre à une auberge, pas très loin, pour y retrouver Ilana, Jad, Rachel et Carl. Ils ont décidé pour une fois de ne se retrouver que le soir venu.

Seulement, arrivé au point où il était censé la retrouver, Kanaël ne voit personne. Inquiet, il jette un coup d’œil alentour pour voir s’il elle est quelque part. Et dans la ruelle la plus proche, à quelques dizaines de mètres de lui, il aperçoit une silhouette trop familière appuyée contre un mur. Il commence à paniquer et se précipite vers elle. Mais arrivé près de la jeune femme, tout ce qui l’attend est le sang et les larmes. Elle a reçu un coup de sabre dans le dos et essaie de cacher tant bien que mal la douleur qui lui parcourt le corps. Il la tient dans ses bras, elle, fragile et tremblante alors qu’ils glissent tous deux au sol. Et la voila qui s’excuse. Elle s’excuse de ne pas pouvoir rester avec lui, de n’avoir pas pu se protéger seule. Elle sent la vie qui s’écoule lentement hors d’elle, mêlée au sang qui trempe ses vêtements et ceux de Kanaël. Et lui, les yeux brouillés par les larmes, qui essaie de la faire taire, pour ne pas entendre ce qu’il ne veut pas accepter, pour ne pas voir la fatalité en face. Mais c’est trop tard, le voile mortel tombe sur les yeux orangés qui se ferment doucement.



***



Réveillé en sursaut par son cri de désespoir, Kanaël se redressa brusquement dans son lit. Il essaya de calmer sa respiration et les battements de son cœur, mais la vision de son cauchemar ne voulait pas s’effacer. En se passant la main sur le visage, il sentit des traces humides sur ses joues. Encore une fois, il avait pleuré. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait plus rêvé ainsi de son passé, de ceux qu’il avait aimé, ceux qui étaient partis avant lui, et d’Elle. Et dans le silence de la nuit noire, la seule chose dont il était vraiment sûr était qu’il ne voulait pour rien au monde oublier Ses yeux d’or éclatants de vie.


Il faut sérieusement que j'apprenne à donner des titres moins bidons moi -__-.

_________________
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/larmedenacre
Irisae Ellora
°Demi soeur de lizabelle°
°Demi soeur de lizabelle°
avatar

Féminin
Nombre de messages : 999
Age : 25
Votre Dieu/Déesse : AUCUN!
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: Fic sur les 8   Sam 19 Mai 2007 - 18:08

ouah, quelle bonne idée!^^ j'ai pas écrit de fic sur mes persos, mais je suis toutes inspirée, là.. j'essaierai d'en faire une, sûrement sur la mère d'Iri...
bravo pour vos textes, c'est cool d'en aprendre plus sur vos persos... J'en veux une sur Luce!
(quelle drôle d'habitude de nommer les personnages par la couleur de leur cheveux! Razz )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.eden.easyforumpro.com
Hoshi Hitokage
°Vagabon° ¦Glace¦
°Vagabon° ¦Glace¦
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1267
Age : 27
Votre Dieu/Déesse : Personne
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Fic sur les 8   Dim 20 Mai 2007 - 2:34

( On nomme les personnages comme on peut pour éviter les répétitions Razz Tout en bon, "le blond" ou "le brun" au même titre que les autres Razz)

Moi j'ai pas d'idée de fics sur mes persos de toutes façons ! (mais l'histoire de Sariel peut sûrement être considérée comme telle XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://miroir.forumactif.com
Luce Apolline
°Déesse de la lumière°
°Déesse de la lumière°
avatar

Féminin
Nombre de messages : 679
Age : 33
Votre Dieu/Déesse : Moi-même
Date d'inscription : 14/01/2006

MessageSujet: Re: Fic sur les 8   Lun 21 Mai 2007 - 9:18

Luce et Esteban, j'ai l'intention de réécrire la totalité de leurs histoire de toute façon... (Ah surtout celle d'Esteban XD My gosh que c'est mal écrit...)

Ah mais j'y pense j'ai écrit aussi un petit truc sur Kan' et Luce à la demande de Nim' ! Un petit drabble (= mini-fic en 100 mots) de rien du tout, mais je le mets quand même...

Luce & Kanaël, alcool :

Luce et Kanaël n’avaient pas la réputation d’être de vrais boute-en-train pour rien. Les seules et rares fois où on les voyait au Paradis, c’était pour les fêtes, et personne n’avait leur talent pour mettre un peu d’ambiance. L’alcool avait sur eux des effets particulièrement comiques, bien que relativement peu dignes de leur rang de divinité. Et pourtant, ils continuaient sans rougir, même fiers de leurs exploits qu’ils s’amusaient à raconter à qui voulait l’entendre. Pour être honnête, ils n’avaient même aucune envie d’arrêter ces beuveries. Parce que l’alcool restait pour eux le plus sûr gardien de leur douloureux passé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic sur les 8   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic sur les 8
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les huits Immortels :: Hors Jeu :: Le flood-
Sauter vers: